28 déc. 2016

Lecture: A la place du cœur, Saison 1

Couverture : À la place du cœur, Saison 1


Arnaud Cathrine
Robert Laffont
Collection R'
242 pages
16 €
Amour, Terrorisme, Adolescence


Le 6 janvier 2015, Caumes a 17 ans et ce soir, il embrasse enfin Esther. Mais le lendemain, des terroristes attaquent Charlie Hebdo. Comment Caumes peut-il être amoureux, peut-il être heureux, alors que des gens meurent et sont pris en otage à quelques dizaines de kilomètres de chez lui?


Je suis certaine que vous avez déjà entendu parlé de ce livre, qui a fait un véritable carton. Vous suivez certainement un blog ou une chaîne YT qui l'a chroniqué, ou qui a interrogé son auteur. Ou alors, vous avez vu Arnaud Cathrine dans La Grande Librairie du 8 décembre. En ce qui me concerne, j'ai entendu des éloges de ce roman par les trois moyens; vous pensez bien que j'avais très envie de le lire. Aussi ma tante a fait mouche quand elle me l'a offert pour Noël...
On suit Caumes, qui vient d'avoir 17 ans et qui ne sait pas trop où il en est, entre ses sentiments amoureux et les attentats. Caumes est un personnage que j'ai beaucoup apprécié; c'est quelqu'un de sensible, qui fait la part des choses. C'est un personnage très réaliste. Les autres personnages sont aussi très bien pour la plupart, avec une identité qui leur est propre et qui est développée.
L'histoire est forcément très réaliste, puisque prenant place dans des événements réels et récents. C'est à la fois quelque chose que j'ai aimé, et qui était très dur, puisque j'ai à nouveau vécu ces événements. Je me suis souvenue des discussions avec les profs, avec les potes, avec les parents, les soirées malsaines où on restait collés à l'écran, la marche du dimanche...  Mais je pense que c'est aussi le but de ce livre: nous rappeler ce qu'il s'est passé, qu'on ne peut pas l'oublier aussi simplement; recréer le choc de ces jours-là, et des autres, pour faire renaître ces sentiments de patriotisme et de révolte qui ont été les nôtres.
Enfin, le style d'Arnaud Cathrine est très, très addictif. Il peut y avoir beaucoup de dialogues comme il peut y avoir une grande page uniquement sur une personne. Finalement, c'est une écriture assez simple; mais c'est peut-être justement par cette simplicité qu'elle nous va droit au cœur.
Enfin, je ne peux pas faire cette chronique sans évoquer cette magnifique couverture.
Vous l'aurez compris, A la place du coeur est un excellent roman, qui m'a énormément touchée.


26 déc. 2016

Lecture: Espionnage intime

Couverture de Espionnage intime


 Susie Morgenstern
L'Ecole des loisirs
140 pages
12,80 €
Famille, Amour, Crise d'adolescence

Angélique, une ado modèle ? Une collégienne bien dans sa peau, bien dans sa famille, bien dans sa vie ? Vraiment ? Vous en êtes sûr ?
Et pourtant... La jeune fille parfaite se comporte plutôt bizarrement ces derniers temps. Elle se transforme, change de tenue, porte des hauts moulants et des minijupes, elle fume et traîne dans les bars, où il lui arrive de faire des rencontres...
Vous avez du mal à y croire ? Tout est cependant écrit noir sur blanc dans le cahier rose fuchsia que sa mère lui a offert. La collégienne en a fait son journal intime, dans lequel elle est sensée raconter tous ses secrets.
Elle y décrit une Angélique inconnue de tous, une Angélique... diabolique!

 

J'ai eu ce livre pour Noël, et j'avais terminé Everything, everyting juste avant. J'avais envie d'une autre lecture légère, et comme ce livre-là était court et rose, c'est lui que j'ai choisi. Aussitôt offert, aussitôt lu!
Ici nous suivons donc Angélique, jeunes fille modèle parmi les modèles. C'est une jeune fille que j'ai assez apprécié, je me sentaiss un peu proche d'elle (au début hein, n'imaginez pas des choses ;) ). Elle se pose des questions mais garde les pieds sur terre, enfin jusqu'à ce qu'elle parte en vrille.
On a majoritairement son point de vue à elle, et généralement sous la forme de son journal intime. De temps en temps, nous avons aussi quelques paragraphes qui nous font basculer dans la tête de la mère, femme qui fait de son mieux mais débordée.
L'histoire est sympa, et passe vite. J'ai eu un peu de mal à croire à toutes ces "aventures", faites sur deux semaines à peine; cela me semblait un peu poussif. Cependant, j'ai poursuivi ma route, et la fin m'a assez satisfaite.
Que dire d'autre ? Sans surprise, le style de Susie Morgenstern (dont j'adore les lunettes, soit dit en passant), que je commence à connaître, est simple, sans fioritures ni détours inutiles. On doit quand même lui rendre hommage; elle n'est pas francophone à l'origine et son style est donc plutôt remarquable: quoique assez simple (je me répète), il a son caractère.
Bref, Espionnage intime est un roman court et sympa, idéal par exemple entre deux lectures harassantes (comme ce n'était précisément pas mon cas ^^).



25 déc. 2016

Lecture : Everything, everything



Nicola Yoon
Bayard
361 pages
16,90 €
Maladie, Amour, Adolescence



Madeleine à la maladie de l'enfant-bulle: elle est allergique à l'extérieur. Tout, que ce soit le contact du soleil, une bactérie anodine, ou un choc psychologique, peut conduire à de violentes réactions, voire entraîner la mort.
Mais de nouveaux voisins viennent d'emménager, et avec eux leur fils, Olly. Il est grand, brun, musclé et rieur; Madeline en tombe instantanément amoureuse. Mais elle sait qu'elle ne pourra jamais le rencontrer...



J'ai reçu ce livre grâce à l'opération Lire avec Booknode, il y a quelques semaines. J'en avais beaucoup entendu parlé à sa sortie, en avril dernier; j'ai donc sauté sur l'occasion quand le site m'a proposé de le lire.
On suit donc l'histoire de Madeline, jeune fille de 18 ans qui n'a  jamais quitté sa maison. Nous la suivons par une narration classique, ou par ses mails, des scans de papiers, des tchats.  Maddy est un personnage sympathique, qui réfléchit pas mal malgré sa volonté. C'est un personnage volontaire et têtu que j'ai beaucoup apprécié.
L'histoire est donc une romance, sorte d'amour impossible. C'est léger, bien plus que je m'y attendais avec cette maladie.
Le style est assez addictif (je l'ai lu en à peine plus d'une demi-journée ) et plutôt simple. Les chapitres courts et les ajouts non rédigés ajoutent encore à la simplicité et à la rapidité de lecture.

Bref, ce roman est très sympa, très facile et très rapide à lire; une lecture pour se détendre en somme  (et très adaptée au jour de noël en ce qui me concerne 😉).


Lecture: Le bal du comte d'Orgel




Raymond Radiguet
Le livre de poche
187 pages
4,10 €
Aristocratie, amour, bienséance, amitié



François de Séryeuse, jeune homme tranquille et raffiné, fait par hasard la connaissance du comte d'Orgel, mondain à la frivolité grandiose » et de sa femme, Mahaut. Il devient leur ami mais François aime Mahaut. Ayant jusqu'ici mené de front le devoir et l'amour, Mahaut, de son côté, se méprend d'abord sur le sentiment que lui inspire François. Couvé, nourri,
grandi dans l'ombre, ce sentiment finit par se faire reconnaître; elle doit s'avouer, non sans effroi, qu'elle aime François...
Dans ce roman d'amour chaste, aussi scabreux que le roman le moins chaste, selon l'auteur lui-même, les coeurs humains sont percés à jour avec une implacable lucidité



Ce livre m'a été donné à lire pour mon cours de français, dans le cadre de la séquence sur le personnage de roman et en particulier sur la princesse de Clèves.
J'avoue que je n'avais aucune envie de lire ce livre, et que je n'en avais pas plus envie une fois dedans.
La prof nous l'avait vendu comme une réécriture de La princesse de Clèves, et si on en retrouve effectivement quelques éléments je n'ai pas trouvé en ce qui me concerne que c'était le cas.
On suit donc François de Séryeuse, jeune homme qui tombe amoureux pour la première fois. Ce n'est pas un personnage que j'ai apprécié; trop sûr de lui peut-être. Je n'ai pas aimé non plus ses amis Anne et Mahaut d'Orgel, enfin surtout Anne. Il est très orgueilleux et superficiel.
Je n'ai pas spécialement aimé l'histoire non plus, si on peut considérer qu'il y ait une histoire. Car en fait, on suit juste les états d'âme de François et Mahaut, le temps qu'ils reconnaissent leur amour. Ce n'est donc pas particulièremghent intéressant.
Quant au style de l'auteur, je l'ai trouvé assez ennuyant. En tout cas il y avait beaucoup de descriptions, de réflexions, et il a fallu que je me force pour finir le livre.
Vous l'aurez donc compris, ce n'est pas un livre que j'ai aimé.

23 déc. 2016

Challenge: La semaine à Lire #1

Bonjour à tou.te.s !
Me voilà de retour avec un nouveau challenge organisé par Lili Bouquine. Mais si, vous la connaissez: c'est elle qui organise les Week End à 1 000...
Elle a un peu aménagé l'emploi du temps de 2017: en plus des Week Ends à 1 000, elle y a placé des Week End à Lire, et une Semaine à lire. L'objectif de ces deux derniers challenges est archi-simple: pendant un WE/une semaine, on lit autant qu'on peut afin d'atteindre l'objectif qu'on s'est fixé soi-même. Mais comme elle ne voulait pas nous faire poireauter un an pour la Semaine à Lire, elle l'a aussi organisé en 2016...
La Semaine à Lire a lieu à la toute fin de l'année, car c'est une période où la plupart des gens sont en vacances et ont envie de cocooner. De plus, ça permet de mettre un boost aux challenges annuels et à la PAL! La Semaine à lire commence le vendredi soir à 19h, et se termine le vendredi suivant à 23h59. Cette année, le challenge commence donc ce soir :)

En ce qui me concerne, je vais me fixer un "petit" objectif (en considérant mes objectifs du WE à 1000 ;) ): lire 1 500 pages. Comme je pars quatre jours fêtes Noël dans ma famille, je n'aurais pas toute ma PAL à disposition, donc je compte sur les cadeaux ;)
Mais Noël n'est que dimanche, et le challenge commence ce soir. Alors j'emporte avec moi :
Couverture : Le bal du comte d'Orgel  

Le bal du comte d'Orgel est une lecture de cours dans laquelle je n'avance pas très vite. J'espère la finir dans le trajet aujourd'hui, mais si ce n'est pas le cas, je compterais quelques pages pour la Semaine à Lire.
Everything Everything fait 357 pages, et Itawapa 221.

Et vous, aviez-vous entendu parler de ce(s) challenge(s) ?  Qu'avez-vous prévu de lire si c'est le cas ? :)

21 déc. 2016

Challenge: Les couleurs de l'automne, Bilan

Bonsoir à tou.te.s!
Aujourd'hui, je vous retrouve pour faire un bilan très médiocre d'un challenge...
En effet, vous n'êtes pas sans savoir qu'aujourd'hui, le 21 décembre, c'est le solstice d'hiver.Et donc, c'est la fin du challenge Les couleurs de l'automne...
https://2.bp.blogspot.com/-G9J8HMQb9dQ/V9afdmjmtSI/AAAAAAAAFWI/c3zt1I-9hccXNaaWinqHtvvQqPYnfrtJwCLcB/s320/les%2Bcouleurs%2Bde%2Bl%2527automne.jpg
pour le bilan de la session précédente, c'est ici.

A la session précédente, pour le challenge de l'été donc, j'avais fait 21 points. Et pour cette saison, je ne m'étais pas fixée de LAL en particulier (sachant que j'avais choisi les couleurs rouge, orange et gris ;) ). Et bien, autant le dire tout de suite, ça a été une catastrophe...Puisque je n'ai lu qu'un seul livre correspondant aux couleurs choisies ! Il s'agit de Le journal de Mary, d'Alexandra Eschenazi. Un pauvre petit point pour cette session...
Couverture Le journal de Mary

Au vu de mon faible score, j'avais déjà décidé de ne pas reconduire ma participation à ce challenge. Or j'apprends que, quel que soit ce que j'avais décidé, Exuline (qui est l'organisatrice si tu l'avais oublié ;) ) a décidé de ne pas poursuivre l'organisation de ce challenge.
Merci à Exuline donc, d'avoir organisé pendant ces 15 mois ce challenge!

Quant à moi, je vous quitte sur ces mots, mais ne vous en faites pas, je reviens très vite avec un autre challenge ;)

18 déc. 2016

Lecture: L'homme du jardin



Xavier-Laurent Petit
L'école des loisirs
Médium
153 pages
9,00 €
Roman policier, Secrets


Une fois encore, Mélie est toute seule dans la grande maison. Elle attend le retour de son père, médecin de garde aux urgences de l’hôpital un week-end par mois.
Mélie déteste cette vieille maison qui craque, grince et gémit de partout. Elle a horreur d’être seule. Elle est fatiguée d’être grosse. Elle ne sait pas quoi faire d’autre, pour vaincre ses angoisses, que d’allumer à fond tout ce qui peut meubler le silence, la chaîne hi-fi, la télévision, la radio. Elle ne trouve rien de mieux, pour se vider la tête, que de se remplir le ventre avec un tas de cochonneries. Ensuite, elle dort mal en rêvant qu’elle est belle, mince et aventureuse, par exemple : Florence Arthaud. Et puis, elle se réveille, seule, grosse et malheureuse, et tout recommence.
Sauf ce matin-là. Ce matin, il y a un corps étendu dans l’herbe du jardin. Un inconnu. Quand elle s’approche, il souffle son prénom : Mélie.
Alors, aventureuse, oui, ce matin, il va falloir que Mélie le soit pour de vrai.


Ce livre m'a été prêté par une amie, à qui j'avais parlé de mes achats qu SLPJ (coucou Axelle ^^).
Dans ce (court) roman nous suivons donc (A)Mélie, jeune fille de 13 ans dont le père est souvent absent. Elle passe donc ses nuits seule chez elle, et cela lui fait peur. Or un jour, elle découvre un homme dans son jardin...
Mélie est un personnage auquel je n'ai pas tellement accroché. Je trouve que ce n'est pas un personnage très développé. Si ses "peurs" sont plutôt réalistes (qui ne s'est pas déjà blotti.e dans son lit en entendant les craquements de la maison?), le fait de passer outre et d'aller aider un inconnu ne l'est pas tellement (en tout cas, pas pour moi).
Et puis l'histoire... je ne sais pas trop qu'en penser. D'un côté elle est bien, je veux dire que c'est une bonne idée, c'est original, mais de l'autre côté, et je suis désolée de me répéter, ce n'est pas très réaliste...
Enfin, le style de l'auteur ne m'a pas particulièrement marquée pour ce roman. Il se lit rapidement, simplement, mais il n'y a pas d'autres éléments notables.
Donc L'homme du jardin est un bon roman, mais pas très réaliste à mon goût.


17 déc. 2016

Lecture: Rouge Bonbon




Cathy Cassidy
Nathan
234 pages
Crise d'adolescence, Famille, Irlande, Amour

 
[quatrième de couverture]

Je m'appelle : Scarlett
Mon âge : 12 ans
Je suis : perdue et en colère
Mon style : piercing, cheveux rouges
J'aime : faire le contraire de ce qu'on attend de moi
Je déteste : mon père, depuis qu'il est parti
Mon problème : ma mère, qui pense que m'envoyer vivre chez lui est " là meilleure solution"...


 

J'ai reçu ce livre grâce à Antonia (Étincelles de Plumes) et au concours organisé sur son blog pour ses trois ans. Je connaissais un peu Cathy Cassidy; j'ai lu une partie de la série Les filles au chocolat ainsi que Aux délices des anges. Tous ces romans étaient très sympathiques.
Ici, on suit donc Scarlett, jeune fille malheureuse qui l'exprime par un comportement révolté. Un jour, elle dépasse les bornes, et sa mère épuisée l'envoie chez son père qu'elle déteste, en Irlande. Le bout du monde, et un cauchemar pour Scarlett...
Scarlett est une toute jeune adolescente que j'ai beaucoup appréciée. Elle se dévoile au fil du roman, et nous découvrons quelqu'un de touchant, de maladroit même, qui a un besoin profond d'affection.
Que serait un roman de Cathy Cassidy sans romance ? Bien sûr, ce garçon-là est beau et ténébreux, avec une histoire tragique à souhait. Je n'ai pas tellement accroché avec lui, à mon avis ce n'est pas un personnage assez développé. Quant à la famille de Scarlett, ils sont adorables et patients, des personnages parfaits... mais qui manquent du coup un peu de réalisme.
L'histoire est légère, avec quelques rebondissements; bref, dans l'ambiance girly et cocooning typique, ce peut être un bien ou un mal, selon comment vous le prenez :) Pour moi, qui avais envie d'une lecture légère et sucrée, c'était parfait.
La plume de Cathy Cassidy est fluide, légère, un peu addictive. Une plume simple, sans prise de tête. Le roman se lit à toute allure, personnellement je l'ai dévoré en une heure et demie.
Bref, Rouge bonbon est, comme vous vous en doutez j'imagine, une lecture simple, légère et sucrée; ne vous attendez pas à quelque chose d'extraordinaire mais c'est idéal pour se détendre.

Lecture: L'attrape-rêves




Xavier-Laurent Petit

L'école des Loisirs
Medium poche
270 pages
7,80 €
Différence, Harcèlement, Amour, Montagne



Louise vit au bout du monde, tout là-haut, dans une vallée belle et rude dont les rares habitants n'aiment pas se mélanger avec ceux " d'en bas ".
Alors, quand un nouvel élève déboule dans la classe en cours d'année, Louise, comme les autres, pense à une erreur. Non seulement Chems n'est pas de la vallée, mais il est différent, avec ses cheveux longs, la couleur de sa peau, la vieille caravane dans laquelle il vit avec sa mère au milieu des bois... C'est cette différence que Louise trouve attirante. Elle est bien la seule. Pour les autres, comme son père, un étranger n'a rien à faire dans la vallée où le travail manque, où la scierie du coin bat de l'aile.
Louise se sent coupée en deux. Mais Chems va prouver qu'il aime cet endroit comme s'il y était né. Quitte à le défendre au péril de sa vie.


Au SLPJ il y a trois semaines, en voyant que Xavier-Laurent Petit dédicaçait, je me suis décidée à acheter deux de ses petits romans; en effet, de lui j'avais adoré Be Safe et Mon petit coeur imbécile (deux livres absolument pas dans le même registre). J'ai donc regardé rapidement les romans proposés, ai hésité, en ai choisi deux, dont celui-là.
Ici, on suit Louise, 16 ans au début du roman, qui va accueillir dans sa classe le nouvel élève Chems, duquel elle va bientôt se rapprocher. Mais Chems est vu comme un étranger, qui vole ce qui reste de travail aux hommes de la vallée. 
En fait, je ne sais pas trop quoi dire à propos de ce livre, alors je vais faire une liste de faits et je suis absolument désolée si ce n'est pas très agréable à lire.
J'ai trouvé ce livre bien, mais pas autant que ce à quoi je m'attendais. J'ai été un peu déçue; je pensais à quelque chose de plus fort. J'ai aimé le personnage de Louise, assez attachant, mais je ne l'ai pas trouvé très développé, idem pour Chems. En revanche j'ai aimé "l'ambiance" du village, si dure avec sa loi du silence; j'ai trouvé cela très réaliste. Je ne savais pas où se déroulait le roman (aux USA, en fait), du coup j'ai apprécié que ce ne soit pas explicite dans le livre car ça rend la scène universelle.  
Voilà, je crois que c'est tout ce que j'avais à dire ^^'. Encore une fois, je suis désolée pour cette chronique absolument brouillonne.

15 déc. 2016

Lecture: Le Complexe du Papillon





Annelise Heurtier

Casterman
194 pages
12,90 €
Anorexie, Adolescence



J'ai ôté mes vêtements sans cesser de fixer le miroir et les larmes me sont montées aux yeux. Comment un garçon tel que Jim se laisserait séduire par si peu de grâce, de personnalité ?
Louison a tort. Aucune robe ne réussira jamais à donner l'illusion que je suis devenue papillon.
Tout simplement parce que je ne suis pas un papillon. Je suis une chenille flanquée de deux énormes cuisses.


Tout doucement, sans s'en rendre compte, Mathilde va tenter de devenir papillon, quitte à se mettre en danger...


Si vous avez lu mes derniers articles, vous savez que j'ai acheté ce livre au SLPJ il y a dix jours, que je l'ai fait dédicacé et que j'ai son poster dans ma chambre... :)
Vous l'aurez compris grâce au résumé, ce livre nous raconte la lente descente aux enfers de Mathilde, que rien pourtant ne prédestine à cette maladie.
Commençons pas le négatif, ça sera fait.
J'ai trouvé cette "descente aux enfers" très superficielle. Je n'ai pas trouvé que l'histoire soit creusée; elle était extrêmement simple, et je ne l'ai pas trouvée très réaliste, notamment la fin (même si je ne peux pas vraiment juger, puisque je n'ai jamais vécu cela), en tout cas vraisemblable. J'ai trouvé Mathilde un peu stupide sur les bords; elle ne se renseigne pas assez, prends les premières "infos" qu'elle trouve pour argent comptant. 
Mais à part ça, j'ai bien apprécié ma lecture. Mathilde est une jeune fille attachante, l'histoire se lit très rapidement (petit nombre de pages + gros caractères+ style de l'auteure). Malgré tout, je pense que c'est un livre pour "découvrir" l'anorexie; car pour moi il n'explore pas vraiment la maladie (je n'ai pas lu "Zouk", de Bottero, sur le sujet; mais j'ai lu un tome des Filles au chocolat de Cathy Cassidy qui en parlait très bien :) ).
Bref, une bonne lecture, mais n'en attendez pas trop.


14 déc. 2016

Lecture: Le fils de l'ombre et de l'oiseau





Alex Cousseau
Le Rouergue
DoAdo
427 pages
15,90 €
Aventure, Épopée familiale, Amérique du Sud, Amitié



[Quatrième de couverture]
En 1916, au Chili, deux frères attendent le lever du jour pour tuez le célèbre bandit Butch Cassidy. Ils sont face à l'homme responsable de la mort de leur père. Sous l'arbre où ce dernier est né il y a des années. Quelle vengeance familiale sont-ils en train d'assouvir ? Pour le découvrir, il faut les écouter durant une nuit entière. Elie et Elias nous racontent l'histoire mouvementée de leurs ancêtres. De l'île de Pâques à Valparaiso, sur le fleuve Amazone et en Patagonie, nous partons avec eux à la découverte de paysages et de destins incroyables. Inventeurs, rêveurs, révolutionnaires... sans oublier une fille à huit doigt et une femme-oiseau.



J'ai découvert Alex Cousseau avec Les trois vies d'Antoine Anarchis, roman d'aventure que j'avais adoré. J'avais poursuivi avec Un lézard amoureux, dans un tout autre style, mais que j'avais aussi beaucoup aimé. Alors quand j'ai vu qu'il dédicaçait au SLPJ, je n'ai pas hésité et ai acheté son dernier roman.
Ici, on ne suit non pas un personnage, mais une famille. Cela commence avec l'arrière-grand-mère, puis on suit la vie des générations suivantes, grand-mère, père, mère, enfants, jusqu'à arriver à la mort du père d'Elias et d'Elie.
Si j'ai ressenti ce petit frisson d'excitation en retrouvant une grande épopée familiale, comme avec Antoine Anarchis, cela n'a duré que quelques instants. En effet, j'ai beaucoup apprécié ma lecture, mais pas autant que les précédentes.
De fait, j'ai adoré suivre l'histoire de Poki -la grand-mère. Jeune fille libre, farouche et rêveuse à la fois, c'est un personnage qui m'a énormément plu. J'ai moins aimé le personnage de Pawel -le père, homme qui n'a finalement jamais su qui il était vraiment, tiraillé entre différentes identités. Enfin, si les personnage d'Elie et Elias m'ont touchée, je ne les ai pas spécialement appréciés; pour moi ils ne sont pas assez creusés.
Quant à l'histoire... Elle m'a beaucoup plu. Traversée de l'Amérique de Sud, traversée du XIX siècle débordant un peu sur le XXe, et au final traversée des genres littéraires (historique ? voyage ? épopée ? fantastique ? onirique?), cette histoire nous invite à nous laisser porter par la voix d'Elie. En effet, j'avais l'impression d'être à nouveau une petite fille à qui on racontait une histoire, une très longue histoire. J'imaginais l'île de Pâque, l'Amazonie, la Pampa patagonne... les aéroplanes, les mines, la révolution, la Bolivie. Tout un monde que je découvrais et en même temps qu'il me restait à découvrir...
Si j'ai trouvée ça très agréable, ça a aussi été parfois un peu long. Même si les chapitres sont très courts (il y en a 99!) et que le livre est découpé en trois parties, j'avais parfois le sentiment de quelques longueurs. C'est un rare point négatif de ce livre.
Vous l'aurez donc compris, j'ai adoré Le fils de l'ombre et de l'oiseau. C'est un livre magnifique, une ode au voyage et à la découverte...